jeudi 10 mars 2016

LES MALADIES DE LA FEMME


Stérilité féminine. Endométriose. Kystes. Fibrome. Cancer du sein et de l’utérus.

Préambule

L’approche macrobiotique des maladies et de tout autre dérèglement physiologique est bien différente de ce que l’on entend habituellement dans le discours de la médecine allopathique officielle. Les personnes novices en la matière devraient lire auparavant, dans ma rubrique « SANTÉ » les autres articles que j’ai consacrés à la médecine macrobiotique et à l’origine des maladies, ce qui les aidera à mieux comprendre cette méthode. 
Dans l’art de vivre macrobiotique, la connaissance, le comportement, l’alimentation et les méthodes de soins forment un tout qui ne peuvent pas être dissociés. En particulier, les aliments usuels dans la diététique macrobiotique sont souvent utilisés comme « médicaliment ». Certains des aliments cités dans cet article, vous sont probablement totalement inconnus, comme les algues (kombu, wakame, dulse, isiki), les protéines végétales (tofu, tempeh, seitan, nato, etc.) ou les spécifiques japonais (tamari, miso, daïkon, etc.), ces produits peuvent êtres achetés assez facilement dans les magasins diététiques et dans les rayons bio des grandes surfaces.
Vous pouvez comprendre qu’avant toute chose, vous devez changer vos comportements, et en particulier la façon de vous nourrir et de cuisiner, ce qui nécessite au préalable une puissante prise de conscience.
Il y a 40 ans on comptait en France 10 % de couple qui étaient stériles, en 2014 cette proportion est d’environ 35 % dans les pays occidentaux. Une femme sur quatre donc, n’est, non pas stérile, mais inféconde. En réalité plus de 50 % des femmes diagnostiquées comme stériles pourraient avoir un enfant par la méthode naturelle macrobiotique si la cause réelle de leur infertilité leur était connue.
Quelle est donc cette cause ? La cause initiale de nombreux désordres organiques liés au système génital féminin est due à une substance corporelle courante qui porte le nom de «MUCOSITÉ».

C’est l’excès, l’accumulation, la stagnation et finalement le durcissement de mucus gras qui sont la source commune de ces problèmes. Pourtant, au début de toute pathologie, le corps humain, émets toujours un signal d’alerte. Chez la femme, ce sont des éliminations anormales. Parmi les éliminations anormales, qui sont très nombreuses, on trouve chez les femmes une élimination fréquente : 


Les pertes vaginales. 
Pourquoi les pertes vaginales se produisent-elles ? D’où viennent ce mucus et ces matières grasses ? Cela vient bien sûr de notre sang, qui est le « produit » de notre alimentation. Si nous mangeons certains aliments nuisibles, ils doivent être éliminés. Quels sont ces aliments ? Ce sont les aliments gras, huileux. Et aussi les aliments qui forment du mucus. Quels sont-ils ? Les produits laitiers : le lait, le beurre, les fromages, et aussi les crèmes glacées, bien sûr. Les plats gras et huileux tels que les pizzas — les salades assaisonnées avec beaucoup d’huile, et également les graisses animales, par exemple, les charcuteries, les steaks, les hot-dogs et les hamburgers. En outre, d’autres aliments se transforment en matières grasses dans le corps : le sucre, le chocolat et le miel également. Alors pour arrêter ces pertes vaginales, il faut nettoyer cette partie du corps (voir plus bas) sinon, des quantités importantes de mucus et de matières grasses s’accumulent, des kystes ovariens peuvent se développer, ou les trompes de Fallope s’obstruent et cela provoque la stérilité. Ces mêmes aliments peuvent être à l’origine de fibromes ou de tumeur de l’utérus.

Kystes et stagnations.
L’accumulation se fait encore au niveau des poumons et alors elle provoque la toux. Les poumons sont constitués par des millions d’alvéoles pulmonaires . Cela ressemble à des grappes de raisins. Le sang y circule. Si ce sang est gras, visqueux, il laisse dans toutes ces alvéoles des dépôts, vous ne pouvez plus respirer correctement. La surface par laquelle nous respirons est bloquée. De même, lorsque la nicotine et la poussière de l’air pénètrent, elles y sont retenues, les alvéoles s’obscurcissent, se noircissent. Les mucosités qui étaient molles, se durcissent tandis que le mucus continue à s’accumuler. Cela devient de plus en plus consistant et provoque finalement un cancer du poumon. Cette accumulation ne se fait pas seulement dans les alvéoles, mais aussi dans les parties interstitielles. Les poumons deviennent alors pleins de mucus et de matières grasses. Ensuite, chez certaines femmes, il peut y avoir accumulation de mucus gras au niveau des seins. Cela se produit lorsqu’elles mangent des aliments qui la refroidissent : l’eau, les boissons froides. Lorsque la température du corps diminue, cela produit-il un durcissement au niveau du corps, comme de la glace. C’est comme cela que des dépôts gras et durs se produisent : c’est ce qu’on appelle des kystes. C’est la même chose aux ovaires, cela produit des kystes ovariens. L’aliment qui est à lui seul le plus pernicieux en ce qui concerne les kystes aux seins ou aux ovaires, sont les glaces, les crèmes glacées et autres sorbets. Si vous en prenez souvent vous aurez inévitablement des kystes. 

Endométriose
Lorsqu’une femme souffre d’endométriose, des parties de l’endomètre, ou parois internes de la matrice, se détachent de l’utérus et se mettent à se développer dans d’autres endroits du pelvis, dans les trompes de Fallope par exemple, ou dans les ovaires, ou même à la surface de la vessie ou du rectum. Ces tissus obstruent souvent les conduits de reproduction et peuvent causer une stérilité. Même dans des cas bénins, cet état de fait peut conduire à une stérilité en affectant l’équilibre hormonal. 



L’endométriose peut occasionner parfois des douleurs dans la région pelvienne. Le symptôme le plus courant est une douleur qui commence plusieurs jours avant le début des règles, probablement causée par le fait que les tissus endomètres qui se sont localisés ailleurs subissent les mêmes modifications que ceux de l’utérus. L’endométriose qui semble concerner de plus en plus de femmes est dû à un régime excessif, spécialement la surconsommation répétée de produits animaux qui comprennent les produits laitiers, yaourts, fromages, etc. des aliments crémeux gras et huileux tels que les pizzas, hamburgers, bacons, poulets frits et autres — en plus d’une trop grande absorption de sucre et douceurs, fruits, produits farineux, stimulants, boissons aromatisées, alcool, et additifs chimiques .

Cancer de l´utérus



Le goji, baie de goji vient de Chine où il est abondamment utilisé depuis plusieurs millénaires pour ses vertus médicinales. Il est censé stimuler l'énergie vitale, est une source d'antioxydants et de vitamines. Il améliore le système immunitaire, est et un « anti-vieillissement" cellulaire. Recommandé en cas de cancer de l’utérus.








Trompes de Fallope bouchées.



Les trompes de Fallope bouchées sont une anomalie courante dans le cas de stérilité féminine. Cela peut venir d’une endométriose ou d’une inflammation pelvienne comme celle qui peut arriver dans des cas graves de blennorragie ou avec l’emploi d’un stérilet. Cependant, de nombreux blocages de ce type n’ont pas de causes apparentes. 
Un mauvais régime alimentaire est responsable de la plupart des blocages des trompes de Fallope, et même de ceux qui suivent une grave inflammation pelvienne. Pour la blennorragie par exemple, le type d’aliments qu’une femme consomme, conditionne en grande partie si la présence de bactéries provoquera une infection qui pourrait être suffisamment grave pour causer une stérilité. 
Dans la plupart des cas, l’obstruction des trompes de Fallope est due a surconsommation d’aliments riches en protéines, graisses et sels — tels que viandes et fromages en plus de choses crémeuses grasses et huileuses — associés à des aliments comme le sucre, douceurs, boissons sucrées, produits chimiques et produits farineux finit par créer dès dépôts de graisse et des mucosités dans tout le corps. Lorsque ces dépôts empêchent le transit de l’ovule dans les trompes de Fallope, on observe une stérilité. 
Parfois, un mauvais régime, comprenant une trop grande consommation d’aliments gras et huileux comme des graisses animales et des produits laitiers, amène l’accumulation de facteurs toxiques dans la glaire cervicale. Si celle-ci contient trop de toxines, elle peut réellement tuer les spermatozoïdes qui s’approchent d’elle. Ceci porte le nom de glaire cervicale hostile et cause environ 10 pour cent des stérilités féminines. 

L’approche macrobiotique : 
Elle repose sur la correction des causes diététiques du problème en mangeant selon le régime macrobiotique standard, avec des ajustements spécifiques à chaque cas. Il faudra éventuellement éviter ou réduire les salades, fruits, jus de fruits ou noix pendant plusieurs mois. L’arrêt ou la diminution des pertes vaginales trouvent leur remède dans le régime macrobiotique standard associé à la réduction ou l’absence de tout aliment qui provoque des mucosités ou des graisses comme les produits animaux, les aliments à base de farine, l’huile, les noix et leurs dérivés et les fruits et jus de fruits. Il vaudrait mieux utiliser en quantité modérée les condiments macrobiotiques et ne consommer que très peu les légumineuses et leurs dérivés qui renferment des graisses et des protéines. De nombreux plats spécifiques (daikon cuits, verts de daikon, kombu, et daikon séché cuit avec des kombu et du tamari) aident à éliminer les graisses et mucosités du corps et peuvent être consommés régulièrement par les personnes qui ont ces problèmes.

Soins et traitements
Si vous êtes sujette à de fréquentes pertes vaginales, le fait de vous plonger dans un bain jusqu’aux hanches facilitera l’élimination des graisses et du mucus en excès. Pour bien faire, l’eau du bain devrait contenir les feuilles séchées de légumes verts, tels le daikon ou les fanes de navet. Pour préparer le bain, mettez à sécher plusieurs bouquets de ces feuilles en les suspendant devant une fenêtre ou à l’extérieur, sans les exposer directement à la lumière du soleil ; elles sont utilisables quand leur couleur a viré au brun après être passée par le jaune. Pour chaque bain du soir, faites bouillir pendant dix à vingt minutes deux ou trois bouquets de feuilles dans plusieurs litres d’eau auxquels vous pouvez ajouter une poignée de sel marin ou des algues kombu. Le liquide prend une teinte brunâtre. Faites alors couler de l’eau chaude dans la baignoire, ajoutez la décoction et une autre poignée de sel marin et plongez-vous dans le bain de façon à y être immergée jusqu’aux hanches. Drapez une épaisse serviette en coton autour du buste pour ne pas prendre froid et absorber la transpiration, et restez dans la baignoire dix à quinze minutes, en ajoutant de l’eau chaude au fur et à mesure que le bain se refroidit. 
Si vous ne disposez pas de feuilles séchées pour préparer ce bain, remplacez-les par des algues, en particulier les aramés. Et si vous ne pouviez pas non plus vous en procurer ou qu’elles soient trop chères, ajoutez deux poignées de sel marin à l’eau du bain et procédez comme ci-dessus. 
Dans le bain, la partie inférieure du corps va se mettre à rougir, signe que la circulation s’y accélère, et les graisses et le mucus déposé dans les organes sexuels vont se relâcher. Immédiatement après vous être baignée, prenez une douche vaginale avec une préparation composée d’une cuillère à café de sel marin, de deux cuillères à café de vinaigre de riz ou de jus de citron et d’un litre de thé de trois ans chaud. Bain et douche vaginale peuvent être administrés chaque soir ou un soir sur deux pendant cinq à dix jours, puis tous les cinq jours ou une fois par semaine, jusqu’à ce que le mucus et les substances adipeuses soient évacués de l’utérus et de la région vaginale. 
Pour nettoyer les organes génitaux, on fait des bains de siège. Vous vous trempez dans une baignoire jusqu’au niveau des hanches. Vous mettez deux poignées de sel marin dans l’eau. L’idéal est cependant de faire sécher des feuilles de légumes verts, (radis noirs, blettes, laitues) jusqu’à ce qu’elles deviennent jaunes, brunâtres, on les fait bouillir et l’on verse ensuite ce liquide brun dans la baignoire. Mais si vous n’avez pas prévu cela, vous pouvez utiliser du sel marin . Vous restez dans ce bain de siège une dizaine de minutes, en couvrant bien le haut de votre corps avec une serviette pour rester au chaud . L’eau du bain de siège doit être très, très chaude, et provoquer un rougissement de la peau. Le mucus et les matières grasses qui étaient bloqués, commencent alors à se ramollir. On fait ensuite une douche vaginale avec du thé de 3 ans (bien filtré) dans lequel on met un peu de sel. On peut aussi y ajouter le jus d’un demi-citron. Vous continuez ce traitement pendant une semaine ou une dizaine de jours, selon les cas. Puis ensuite une fois par semaine, jusqu’à ce que les organes soient parfaitement nettoyés. La quantité de liquide nécessaire pour faire la douche vaginale dépend de chaque cas. C’est à vous de l’évaluer. 

Bain de feuilles séchées (hiba) ou feuilles de navet.
Les bains de feuilles séchées sont recommandés pour les maladies féminines des ovaires, de l’utérus, les pertes vaginales, la frigidité, la stérilité, crampes et menstruations douloureuses et pour l’endométriose.
Le bain devrait être pris tous les jours pendant une semaine à 10 jours, il sera renforcé par l’application de compresse chaude de gingembre effectué juste avant le bain.

Préparation et application.
Attacher en gros bouquets des feuilles de daïkon, de radis blanc ou de radis noir. Les suspendre à un fil à l’ombre, pour les faire sécher, jusqu’à ce qu’elles brunissent et deviennent croquantes.
Mettre 500 gr de feuilles séchées dans 4 l d’eau et faire bouillir-frémir 1 h l’eau doit venir brune . Ensuite, retirer les feuilles ou passer et ajouter une poignée de sel.
a) Utilisation en bain de siège.
Si possible avant de se coucher. Verser les 4 l. de jus de feuille dans une petite baignoire ou dans un grand baquet, compléter avec de l’eau chaude pour qu’elle atteigne le nombril en étant assis. 




Prendre ce bain aussi chaud que possible. Couvrir le haut du corps et rester 15 minutes, le temps écoulé sortir, se sécher et envelopper les hanches avec une couverture chaude et hop au lit .

b) En bain entier.
Comme ci-dessus, mais avec 5 ou 6 l. d’eau de feuille et en s’étendant au fond de la baignoire.

c) Douche vaginale.
Préparer le jus comme indiqué dans le mode opératoire, filtrer à travers une gaze et laisser refroidir à la température du corps. Très efficace pour éliminer les dépôts de mucus causes des pertes blanches et de la stérilité.
Douche vaginale au thé de trois ans très légèrement salé.
Faites bouillir 6 tasses d'eau avec 2 cuillères à soupe de thé de trois ans feuilles pendant 15 minutes. Salez très légèrement. Laissez tiédir.
Procurez-vous une poire pour douche vaginale dans une pharmacie et procéder à la douche vaginale 1 ou 2 fois par jour. C'est un antiseptique puissant.

La compresse de gingembre.
Grand classique de la pharmacopée macrobiotique grâce à sa grande efficacité et à son large spectre thérapeutique, la compresse de gingembre a été utilisée pendant des millénaires dans la médecine d’Extrême Orient.
En terme yin-yiologique la racine de gingembre est très yin, odeur forte piquante, forme expansive, pousse sous un climat chaud et humide. Le yin du gingembre aide le yang de la chaleur de la compresse à pénétrer profondément dans les tissus adipeux. La fomentation de gingembre a un effet global yang, cela serait donc une erreur de l’utiliser dans des situations et dans des zones caractérisées par le yang.

Voir l’article consacré aux compresses de gingembre :
















Prochain article dans la rubrique : MALADIES,

Le cancer du sein.






Gérard Le Wenk - 1315 - CH.