lundi 22 mai 2017

LES LAMPES EN SEL…ATTENTION DANGER







         Les lampes à sel sont à la mode. Qui n’a pas déjà vu dans les vitrines des magasins diététiques, ou sur les stands des nombreux salons spécialisés “écologie-bio-bien-être”, ces magnifiques blocs roses translucides du plus joli effet, censés neutraliser les rayonnements magnétiques néfastes des tubes cathodiques des écrans de télévision et d’ordinateur.

Ces luminaires cristallins, d’ambiance tango, alliant beauté et utilité, ont tout pour plaire et sont de plus en plus présents dans les salles de séjour, dans les bureaux et même dans les cabinets médicaux, d’autant que leur prix, 30 à 50 € pièce, reste très raisonnable.

Ils sont composés d’un bloc de sel gemme ferrugineux de plusieurs kilos, certains pesant même jusqu’à 50 kilos, évidés au centre pour y placer une ampoule électrifiée et montée sur un socle de bois. Ces blocs proviennent de Pologne où des commerçants astucieux ont trouvé ce filon rémunérateur, à 10 € le kg de sel industriel, pour recycler d’anciennes mines de sel peu rentables.

Bien entendu, le lobby des lampes en sel de l’Himalaya et de Pologne conteste violemment mes mises en garde sur le danger de ces lampes-bloc de sel électrifié.


D’après nos critères d’analyse yin-yiologique, il ne fait aucun doute qu’une telle masse de sodium, chauffée à plus de 40 °C par une ampoule interne de 40 watts, est extrêmement yang, ce qui justifie parfaitement sa capacité à neutraliser les rayons très très yin émis par les appareils électriques modernes.

Mais alors, tout semble parfait dans le meilleur des mondes. À première vue oui, en tout cas pour ceux qui utilisent les lunettes magiques de la dialectique universelle, malheureusement ils sont extrêmement rares. Pour les autres... Attention danger!

Pour illustrer mon propos, voici mon propre témoignage exceptionnellement, vous m’en excuserez, à la première personne pour plus de réalisme.

J’ai une pièce chez moi où sont réunis tous les appareils à rayonnements actifs, soit 2 ordinateurs — 1 téléviseur — un portable. Conscient du danger, j’avais installé aux quatre coins de cette chambre des pots remplis d’eau saturée en sel, que je renouvelais chaque mois afin de conserver leur efficacité de neutralisation des rayonnements yin.

Par la suite j’ai acheté deux lampes à sel, plus pratique et plus jolie, que j’ai immédiatement installé dans la pièce aux ordinateurs, en remplacement des pots d’eau salée.

J’ai mis à l’intérieur des ampoules flamme de 40 watts et je les ai placées sur des tablettes en hauteur dans les angles opposés de la pièce où elles étaient allumées chaque jour du matin au soir. Après 6 mois j’en ai déplacé une dans la chambre à coucher, simplement parce que sa lumière est agréablement reposante lors de méditation.

Voilà posé le premier tableau:

Qu’elles sont belles mes lampes à sel.



Second tableau intitulé:

Mais où sont passées mes selles ?

      J’y mets un peu d’humour, car la suite est malheureusement beaucoup plus dramatique.

Au cours de l’année, j’ai eu peu à peu un ralentissement du système digestif et excrétoire, il faut que je précise que j’avais à l’époque 75 ans.

Je modifie donc mon alimentation dans le sens du yin, prends les spécifiques adéquats, et applique chaque jour 3 x 30 minutes, durant 15 jours, des compresses de gingembre sur le ventre. Rien n’y fait au bout de 6 mois je vais à selle 1 fois par semaine, avec d’énormes difficultés, mange de moins en moins, il me faut plus de 6 heures pour digérer et vider mon estomac. 

L’auto-diagnostic : tous les symptômes d’une extrême yanguisation, et pourtant j’ai supprimé les aliments yang: plus de gomasio, plus de miso ni de tamari, pas de cuisson au four, je mange uniquement végétalien, peu salé, avec un minimum de cuisson.

En dehors de ces symptômes pas d’autres problèmes, j’ai de l’appétit, de l’énergie, je me sens bien. Et pourtant la situation devient angoissante et même dramatique, je ne trouve aucune cause, aucune réponse, aucune solution. Je continue à me yanguiser, à me tétaniser, et je sais que yang est court, la mort rapide.

Je me décide pour la première fois à faire appel à la médecine allopathique. Un généraliste me dirige vers un spécialiste en médecine interne. Après deux jours de jeûne et un énergique nettoyage intestinal, c’est parti pour une investigation par endoscopie colonique. Mes intestins sur grand écran, je n’ai pas vraiment pu en apprécier toute la beauté, sans anesthésie, on ferme les yeux et on serre les dents. Une heure plus tard, j’attends le verdict du praticien plié en deux, j’ai l’impression que l’endoscope est resté dans mon ventre...! “Rassurez-vous tout est parfait, je n’ai rien décelé, pas le moindre polype, aucun diverticule, pas l’ombre d’une tumeur, c’est miroir”. 

Eh bien cela ne me rassure pas du tout, la cause du grave dysfonctionnement de mon système excrétoire n’est toujours pas résolue. J’enrage, mon corps me tient en échec pour la première fois. 

Enfin encore un espoir, oui, c’est un comble, le temps de récupérer et de jeûner encore 1 jour et c’est reparti pour une gastroscopie, même médecin, même appareil et même principe, mais cette fois on pénètre par la bouche... bon je me comprends! Mais ce n’est pas vraiment plus agréable, vive les médecines douces. 

Je réalise le rêve de toute personne, voir son corps de l’intérieur, sur écran en couleur, mais en douleur. Je ne peux pas m’extasier, je me concentre, se calmer, se relaxer, respirer par le nez. Le praticien lui commente, comme un guide faisant visiter les pièces d’un château: “voilà je descends dans l’œsophage, là sur le côté les cordes vocales, on pénètre dans la grande salle, non excusez-moi dans l’antre horizontal, là au fond vous pouvez voir le pylore et l’entrée du duodénum”. Rien de particulier, c’est propre, la maison est bien entretenue de la cave au grenier, tout est nickel. Remontons, la visite est terminée, nous pouvons sortir, n’oubliez pas le guide, merci msieurs-dames.

Voilà! Une heure et 700 € plus tard, retour à la case départ, faite vos jeux, rien ne va plus. Je vais mourir en parfaite santé. Je devrais dire nous, car entre-temps les mêmes symptômes sont apparus chez Florence mon épouse, c’est incompréhensible, et pourtant cela aurait dû me mettre la puce à l’oreille comme on dit.

Un an que cela a duré, un enfer, je mangeais de petites portions 5 ou 6 fois par jour, l’élimination se faisant par lavements réguliers tous les 3 jours. J’étais désespéré, comment tout cela va-t-il se terminer?

J’ai renoncé à la médecine institutionnelle, aux médecines douces, et même aux traitements macrobiotiques. J’attends, je réfléchis et cherche toujours des indices, comme un détective, mais je crois sérieusement à ce stade que seul un miracle peut nous sauver.

Un jour ou plutôt une nuit, durant mon sommeil, le miracle a eu lieu! La solution surgit soudainement de mon subconscient, fulgurante:

Je hurle “ les lampes à sel “ . 
Florence se réveille; quoi, quoi, quelles lampes à sel!! C’est les lampes qui sont la cause de tous nos problèmes de santé et je me rendors. Le matin au réveil, je ne suis plus sûr, ai-je rêvé ? L’évidence s’impose, là à 1 mètre de mes yeux, la belle lampe rose me nargue et semble me dire, alors t’es pas si malin avec ta dialectique métaphysique, 1 an pour trouver la réponse et encore je t’ai aidé, aïe, aïe quelle leçon d’humilité. 

Je bondis du lit, débranche les lampes, les emballe dans de vieux journaux et hop direction la cave. 

Je n’arrive pas encore y croire, pourtant moins d’une semaine après la mise à l’écart des lampes à sel, les premiers signes d’amélioration se manifestent, 1 mois plus tard la vie a repris son cours normal, comme si rien ne s’était passé. 

J’aurais fini presque par douter de la réalité sans l’aide de la réflexion dialectique et si un fait survenu quelques semaines plus tard n’était venu confirmer mes déductions et renforcer mes certitudes.

J’aurais fini presque par douter de la réalité sans l’aide de la réflexion dialectique et si un fait survenu quelques semaines plus tard n’était venu confirmer mes déductions et renforcer mes certitudes.

Cela ce passe chez mon dentiste.

 Je m’allonge confortablement dans le fauteuil, l’assistante dentaire s’affaire, prépare les outils de torture, me fixe la bavette autour du cou, et s’absente un instant. J’essaie de me détendre avant l’épreuve, laissant mon regard glisser dans la pièce, et là horreur, qu’est-ce que je vois posée parterre dans le coin près de la fenêtre, une énorme lampe à sel allumée, de 60 cm de hauteur, splendide, rose pâle, elle doit bien faire 50 kg.



Au même moment, le dentiste fait son entrée, accompagné de son assistante. 
Bonjour Monsieur, voyons ça ouvrez la bouche. Stop, stop docteur, il faut que je vous parle pendant que je le peux encore, c’est important. Un peu inquiet, je lui résume ma mésaventure avec les lampes à sel, va-t-il me croire! Mais avant que j’aie terminé, il m’arrête brusquement, son assistante va s’asseoir, le visage figé, mon dentiste n’arrête pas de répéter, alors ça, alors ça. 

Après avoir repris ses esprits, il parle: “figurez-vous que moi et mon assistante, nous avons exactement les mêmes symptômes que vous nous décrivez, et cela depuis 3 mois”. (La lampe à sel avait été installée 5 mois auparavant dans le cabinet, pour neutraliser les rayonnements de l’appareil de radiologie). 

Depuis la lampe a été supprimée et tout est rentré dans l’ordre.

« Attention, vivre près d’une lampe à sel peut nuire gravement à la santé ».

Précautions:

La dangerosité de ces lampes est aggravée lorsqu’elles sont chauffées par l’ampoule intérieure. Dans ce cas de fines particules de NaCl sont diffusées dans l’espace en continu et forcément respirées par les personnes présentes dans la pièce. Et comme tout le monde… le sait ! le sel est yang et a donc un grand pouvoir de contraction musculaire et de durcissement des artères.

Précautions à prendre pour éviter ces problèmes: installer dans la lampe une ampoule de frigo de 15 watts, vérifier la température avec la main à la surface de la lampe. Ne pas allumer ces lampes en continu dans des locaux occupés en permanence par des personnes. 

Attention danger vital pour les enfants


Les bébés et les jeunes enfants sont particulièrement sensibles à la diffusion de particules de sel dans l’air de leurs chambres, d’autant que certains parents les utilisent comme veilleuse permanente de nuit comme de jour.

Tu as vu “chérie“ comme elles sont jolies ces lampes roses. Oui, je les laisse allumées. Bonne nuit…dors bien…!!!!!!!!

Gérard Wenker — 2010 - 2014 - 2017


******


Message reçu par courriel suite a cet article paru dans ma page FB. 

et

dans le site macrobiotique pour tous : clic ici


Bonjour monsieur Gérard

À force de chercher des réponses à mon problème, je suis tombée sur votre article qui est une révélation. En effet je possède une lampe à sel.

Et depuis le mois d’août, je m’en sers tous les soirs comme lampe d’ambiance pour le séjour. Et depuis début octobre des symptômes similaires à ceux que vous décrivez me font devenir folle.

J’ai déjà fait tout un tas d’examens.

Tout est normal. On me traite pour une colopathie fonctionnelle depuis 1 mois, rien n’y fait... J’ai retiré la lampe lundi et ce matin pour la première fois je me lève sans douleur au côté droit. 

Je crois que grâce à vous je suis sur la voie de la guérison...

J’attends encore un peu pour crier victoire. 
Merci G.
******

Message: bonjour Gérard

Concerne article sur les lampes en sel.
Juste un petit mot sur l’histoire de la lampe a sel, figurer vous que je suis pas bien aussi depuis que je l’ai, 6mois, mais un truc vraiment affolent, tremblements, vertiges, pas de toilettes ou la nuit dessus dans le vent, des crampes au nombril, alors que jamais j’ai eu cela, je doutais, je me disais non, c’est bon,!! surtout que je suis en accident de travail, j’ai été électrocuté, il y a 3 ans, brûler, donc maintenant diminuer et comme je magnétise, je pensais que je forçais trop, maintenant la guerre est déclarée ! la lampe me servira a saler mon seuil de porte aux premières neiges!, le pire j’ai failli en acheter une énorme de 1 mètre dans la semaine, mais mon inconscient avait déjà compris...donc merci du conseil!

******

bonjour

je vous écris suite a votre article «Les lampes à sel : Attention danger», en effet j’ai moi-même chez moi une de ces lampes en cristal de sel, j’aurais vouloir savoir :
Après avoir mis des lampes de sel chez vous, combien de jours a mis la constipation a s’installer, est-ce que cela s’est fait progressivement, ou plutôt d’une manière brutale?
— est ce qu’il est moins (voir pas du tout) nocif de garder une lampe de sel éteinte ? J’ai lu que même éteintes elles continuaient à être actives.
— est ce que vous avez complètement renoncer a ces lampes?, ou vous les utilisées toujours, mais avec prudence, j’ai chez moi plusieurs appareils électroniques est je n’ai pas trouver d’autre moyen que les lampes de sel pour lutter contre la pollution électromagnétique, auriez vous par hasard des solutions de substitution (et peu onéreuses) aux lampes?
Cordialement, un internaute.

******

Bonjour

Pour répondre à vos questions sur les lampes à sel;

1 ° la constipation, puis les blocages intestinaux et digestifs, surviennent en général à partir du 3è mois, du moins c’est à ce moment que les symptômes deviennent gênants. Ils vont progressivement s’intensifier pour devenir véritablement dangereux dès le 6è mois.

Mais cela dépend du nombre de lampes, de votre état de santé, de l’âge, (beaucoup plus rapide chez les jeunes enfants), de l’humidité ambiante, de la chaleur dégagée par l’ampoule, etc.

Depuis cette épopée, j’ai conservé une lampe de 4 kg. avec une ampoule de frigo de 15 watts. que j’allume 2 à 3 h chaque soir. Pas de problème depuis plus de 3 ans. Mais plus de blocs de sel dans la chambre à coucher.

Non, c’est le seul moyen, mais ce n’est pas nécessaire de les allumés, pour neutraliser les rayonnements magnétiques des appareils, une fois que l’on est au courant, de tels accidents ne sont plus possibles.

Je n’ose pas penser, à ce qui arrive, à ceux certainement nombreux, qui ne sont pas au courant du danger extrême lié aux lampes à sel.

Je pense que l’on peut en mourir, sans savoir pourquoi, surtout les bébés, c’est tellement mignon et pratique cette petite veilleuse dans leur chambre.

Depuis, j’ai eu de nombreux témoignages, avec exactement le même processus de blocage.

Le danger, c’est les lampes à sel, et non les blocs de sel gemme. Donc des lampes à sel sans leurs ampoules conviennent parfaitement pour absorber les ondes nocives des appareils émetteurs. Ne pas dépasser le seuil de 4 blocs de 1 kg, environ, surtout s’il y a des enfants à proximité.

C’est la chaleur des ampoules qui provoque la diffusion de micro particules de sel dans l’atmosphère de la pièce, qui à la longue provoque les graves perturbations physiologiques que je décris dans mon article.

Cordialement Gérard W.


******

Message: Gérard et les lampes à sel

j’ai viré la lampe de ma chambre dès la première nuit passée — bonne intuition — si je me fie à votre plus longue expérience - merci la respiration est la 1ère nourriture.
le sel est inorganique, les patients inventeurs - cultivateurs des miso tamari shoyu ne se seraient pas tant cassé le fi... llon s’il était assimilable sans effets secondaires c’est un caillou... liqué — pas — fiable
Son absorption par certains a été l’objet de la 1ère injure connue d’ExOrient «misérable petit vermisseau !»
par l’estomac — pas bien !
la voie des yogis
par les poumons — bien ?
ils assimilent l’air, inorganique
les Russes envoient les asthmatiques dans les carrières de Sibérie
les Porto Ricains les envoient chez les paludiers
Les Polonais dans leurs anciennes mines.
Alors pourquoi pas ? Mais à quelle dose ?
Je fais confiance à l’air fourni par la nature — dans ces endroits oui aussi, mais combien de temps — à quelle distance ?
Beaucoup de questions à se poser !
Quant à la lampe qui chauffe et perd son eau, j’ai dû sentir que l’équilibre était rompu.
encore merci
bon détective
encore tant à découvrir pour adapter à notre monde où l’air est déjà saturé de métaux lourds donc trop yang pour le plus yin
à vous lire, j’espère
cordialement

Et j’en ai encore bien d’autres.

G.Wenker — 2015/2016

************

SUITE:

Commentaires que j'ai recueillis sur le Net : 

Entretien d’une lampe à sel

Bonjour à tous,
Voilà mon problème: j’ai 3 lampes de sel de l’Himalaya que j’adore, 2 d’entre elles étaient déjà avec moi à l’ancienne maison qui était très humide,du coup elles "pleurent"arrivé à l’hiver,par contre la3eme est récente,et elle pleure aussi depuis peu,alors j’avoue que là j’ai du mal à comprendre, car mon nouveau logement n’est pas franchement humide... Je suis blasée, car j’aime terriblement les ondes de mes lampes et j’assiste à leurs dépérissements,sans rien pouvoir faire... Je les allume chaque soir, mais ça continue... Et je ne peux pas les laisser allumées constamment, ce n’est pas écolo du tout du tout sinon... Que faire?

Bonjour

C’est normal que les lampes de sel fondent, mais il y a un entretien à faire.
Pour ôter la poussière, essuyer les lampes et les bougeoirs avec un chiffon légèrement humide. Ensuite, allumez-les pendant quelques heures afin de les sécher grâce à la chaleur. 

Le sel absorbant l’humidité, une fois éteinte, assurez-vous qu’ils soient disposés dans un endroit sec et allumez-les si elles semblent suinter. 

Si la lampe a été exposée à l’humidité, allumez-la pendant quelques heures pour bien la sécher.

En tous cas, cela vaut la peine d’avoir une lampe, car cela créait des ions qui dégagent un bien-être importants ????????

Lorsqu’une lampe a absorbé l’humidité, elle coule. Ce phénomène est tout à fait naturel, ceci est dû à l’humidité présente dans l’air. Afin de limiter cela, il est conseillé de laisser allumer vos lampes quelques heures au moins tous les jours, afin que la chaleur qui émane de l’ampoule puisse "sécher" le cristal de sel. Bien sûr, il est également conseillé de poser les lampes et bougeoirs dans les pièces les moins humides.

J’espère avoir répondu à votre question.

Oui…tout ce qu'il ne faut pas faire dans une pièce fermée et humide.


Blaise Le Wenk - 2017