samedi 30 juin 2018

UNE URGENCE SANS ESPOIR : L’A.A.A.

L’ Anévrisme de l’aorte abdominale




L’anévrisme de l’aorte abdominal est une maladie de la paroi artérielle, localisée à la portion abdominale de l’aorte.






Avec le temps sous l’influence de la pression sanguine l’anévrisme va augmenter de volume créant une fragilité de la paroi de l’aorte. A terme, tout anévrisme est menacé de rupture. Il s’agit d’une complication dramatique, qui se traduit par une importante hémorragie interne, mortelle dans 90% des cas.
Les causes :
Tabagisme, hypertension, cholestérol, diabète. Il existe également des facteurs génétiques familiaux.
Symptôme  
Fortes douleurs au milieu du ventre et lombaire. Gêne pour avaler (dysphagie).
L'évolution spontanée est dominée par le risque de rupture souvent annoncée par l'apparition de signes douloureux dans le territoire de l'anévrisme. En cas de rupture, la mort est immédiate.
30 cas  pour 100.000 habitants, principalement chez les hommes.








Diagnostic :
L'anévrisme de l'aorte abdominale est parfois découvert par le médecin qui palpe l'abdomen et qui perçoit une masse oblongue, verticale, battante et expansive.
La présence de symptômes traduit souvent une fissuration de l'anévrisme : douleurs sourdes ou violentes, lombaires ou abdominales.
De plus en plus souvent, l'anévrisme de l'aorte abdominale asymptomatique est découvert lors d'une échographie abdominale effectuée en routine.
Les radiographies abdominales, l'échographie, l'imagerie par résonance magnétique, le scanner, l'angiographie numérisée par voie veineuse permettent le diagnostic.

******

LA MORT EST PASSÉE CHEZ NOUS






Cette fois ça y est, nous avons si souvent parlé de la disparition de l’un d’entre nous en évoquant toutes les circonstances possibles, que je ne suis même pas surpris. Bien que les probabilités aient été plutôt en ma faveur avec un coronaire bouché et un cœur fonctionnant sur piles.
La mort a fait son choix. Personne n’a encore compris comment elle procède. 
Pile ou face.
Hasard.
Karma.
Balance de la justice.
Vous m’avez appelé ? Je suis là…
Je vous dois la vérité, cela ne c’est pas passé comme prévu. La mort arrive souvent ou on ne l’attend pas. (Tout est exact, situations, noms, dates)
Mardi 5 juin 2018 - 8 heures du matin - Journée ensoleillée un peu fraîche.
Florence accompagné de Gipsy  va à la boulangerie chercher du pain.
Petite promenade canine au retour.
Florence prépare le petit-déj. Café, oeufs à la coque mollets, tartine. Croquettes régime pour Gipsy qui a une pancréatique. Cardio-aspirine pour moi qui a le coeur qui flanche de temps en temps et rien pour elle qui n’a rien.
– Gégé viens, ton café va être froid.
– J’arrive…j’arrive.
– Je mets le télé, sur BFM-tv. 
Ecouter Bourdin malmener son invité durant ½ h. Ouah… nous adorons.
– Chérie, je m’occupe de la vaisselle, regarde Bourdin tranquille.
– Bon, j’ai terminé, je vais sur la terrasse m’occuper des fleurs et arroser les légumes.
– ……………………………………………………………………/
– Gérard, je vais m’étendre un moment, j’ai mal au dos.
– Quoi ? 
– Je ne me sens pas très bien, mal au dos et au ventre.
– OK. Repose-toi, je termine l’arrosage.
– Gérard…Gérard…viens, j’ai mal.
– Oui…oui, un instant, j’arrive.
Silence……………………………………………………/
– Tu as quoi ?
Silence……………………………………………………/
Inquiet, je m’approche du lit ou Florence est étendue.
Ces yeux sont totalement révulsés, sanpaku complet. Pas pouls. Coma.
Ça à l’air grave. J’appel immédiatement le 144.
– Vite…envoyez une ambulance, ma femme a un AVC, je crois.
¼ heure plus tard, l’ambulance est là avec 2 ambulanciers qui déboulent dans l’appartement avec armes et bagages.
– Madame…madame…regarder-moi, suivez mon doigt. Dites-moi oú vous avez mal.
– Là, au ventre et au dos. Aïe…Aïe.
– Calmez-vous. Je vais vous prendre la tension.
Tut…tut…tut…alarme sonore et signale rouge.
Florence vomit et refait un coma avec les yeux révulsés.
– Bon, messieurs s.v.p. amenez-là rapidement à l’hôpital, vous voyez bien que c’est grave.
– Monsieur, écartez-vous et laissez nous faire notre travail.
Agitation, ils ont l’air dépassés.
– Vous êtes médecin ou infirmier ?
– Non, moi je suis le conducteur de l’ambulance, mon collègue et infirmier.
Paul, va chercher le brancard, on l’emmène aux urgences à St. Loup, l’hôpital le plus proche.
– Vous monsieur, venez avec nous. Montez a l’avant.
– Tuuuuutttt….Tuuuuuttttt……10 minutes. Nous sommes attendus par une équipe devant l’entrée des urgences.
Transfert sur un chariot. Course aux cabines. Je ne lâche pas la main de Florence.
Elle ouvre les yeux et dans un murmure….je l’entends dire “reste avec moi, ne me quitte pas“.
J’ai le sentiment douloureux que c’est grave.
Florence hurle à nouveau, j’ai mal…j’ai mal…
Je n’en peux plus de l’entendre crier sa douleur.
J’ai un malaise, une syncope, mon coeur fait des siennes.
Les médecins m’installent dans la cabine qui jouxte celle de Florence.
Monitoring, oxygène, etc., etc. J’émerge. Qu’est-ce que je fais là ?
Brutalement la terrible réalité fond sur moi, je tente de me lever, vacillant.
– Florence, chérie…où est-elle ?
–  Je veux la voir.
Monsieur LeWenk, nous avons fait un scanner à votre épouse, je dois malheureusement vous annoncer que son pronostic vital est engagé.
Un hélicoptère de la Réga va l’emmener au CHUV de Lausanne, ici nous ne sommes pas équipés pour une telle intervention.
– Mais quelle intervention ? Nous avons établi des “Directives anticipées“, pas d’interventions lourdes, pas de prolongation inutile.
Monsieur LeWenk, je vous comprends, mais sans une intervention rapide, votre femme n’a plus que quelques heures à vivre. Elle a fait une rupture de l’aorte abdominale, elle ce vide de son sang dans le bas du corps.
– Que décidé vous ?
– Puis-je lui parler ?
– Oui, nous allons la réanimer quelques instants… voilà, faite vite.
– Chérie, ne parle pas, je suis-là. Ils vont te transférer au CHUV en hélicoptère.
– Reste avec moi, reste avec moi, rest…………………………………./
Je lui prends la main, ces yeux s’ouvrent dans un ultime regard, ce sera la dernière fois que je les vois ouvert, je lui lâche la main, conscient que je ne la reverrai plus.
Florence décédera à son arrivée à l’hôpital de Lausanne.

Attention. Au urgence ou Florence a été amenée, il n'y a eu que deux cas en 10 ans. Le corps médical présent semblait incapable d'établir un diagnostic rapidement. Une heure a été ainsi perdue. Il a fallu faire un scanner pour visualiser le problème. A ce moment il était déjà trop tard.

******

Une disparition brutale : 3 heures, et c’est fini, je ne te reverrai plus jamais…jamais.
9h30. Première alerte. J’appelle l’ambulance.
10 h. Arrivée à l’hôpital 
11 h. Diagnostic : On m’informe sans ménagement que le pronostic vital de mon épouse Florence est engagé. Rupture de l’anévrisme de l’aorte abdominale.
12 h. Transfert par hélicoptère au CHUV de Lausanne (sans mon accord)

13 h. Je reçois un téléphone de l’hôpital :

Mr. Wenker ? Oui, c’est bien moi… Je dois malheureusement vous informer que madame Florence Wenker est décédée.
Totalement anéanti, je regagne ma cabine, et appel ma fille à Genève pour lui annoncé la triste nouvelle.
1 heure plus tard, Patricia est à mon chevet. Nous quittons les urgences de l’hôpital pour rentrer à mon domicile.
Le lendemain nous rendons une ultime visite à la dépouille de la défunte, à la chapelle funéraire du CHUV.
Florence sera incinérée au crématorium de Montoie à Lausanne. Cinq jours plus tard, une cérémonie du souvenir est organisée au cimetière de La Sarraz ou ces cendres son dispersées sur l’espace réservé au Jardin du Souvenir en présence de nombreuses personnes, famille, amies et connaissance.

Vanessa la nièce de Florence ce charge avec émotion de lire ce poème qui sont le reflet de ces dernières pensées.



DE  FLORENCE Á GÉRARD – 1940 - 2018

Pour toi mon amour.
Pourquoi serais-je hors de ta vie simplement parce que je suis hors de ta vue ?
La mort tu sais, ce n’est rien du tout.
Je suis juste passé de l’autre côté .
Je suis moi et tu es toi. Quel que soit ce que nous étions l’un pour l’autre avant, nous le resterons toujours.
Pour parler de moi, utilise le prénom avec lequel tu m’as toujours appelé. Parle de moi simplement comme tu l’as toujours fait.
Ne change pas de ton, ne prends pas un air grave et triste.
Ris comme avant aux blagues qu’ensemble nous apprécions tant.
Joue, souris, pense à moi, vis pour moi et avec moi.
Laisse mon prénom être le chant réconfortant qu’il a toujours été. Prononce-le avec simplicité et naturel, Sans aucune marque de regret.
La vie signifie tout ce qu’elle a toujours signifié.
Tout est toujours pareil, elle continue, le fil n’est pas rompu.
Qu’est-ce que la mort sinon un passage ?
Relativise et laisse couler toutes les agressions de la vie, pense et parle toujours de moi autour de toi et tu verras,
Tout ira bien.
Tu sais, je t’entends, je ne suis pas loin, Je suis là, juste de l’autre côté…




FLORENCE
13 juin 2018
Jardin du Souvenir
La Sarraz - 1315 - CH.





C’est terminé, maintenant il va falloir continuer le chemin seul, encore une ultime épreuve difficile à affronter. Le plus désespérant, ce dire chaque jour, à chaque instant, que vous ne reverrez plus jamais, jamais, en tous cas dans ce monde, la personne que vous avez tant aimée. C’est un gouffre abyssal qui s’ouvre sous vos pieds dans lequel il faut sans cesse veiller à ne pas  sombrer.
Vais-je y parvenir ??



Gérard Wenker le 30 juin 2018


Vraiment… que toute la vie, de la naissance à la mort, est belle, mais pleine de surprise !!


R.I.P.