samedi 27 mai 2017

TOUS DES PLAGIAIRES, DES USURPATEURS ET DES TROUILLARDS


Je vous cite les principaux!


En tête Monsieur le diététicien médiatique Jean-Michel Cohen et le Dr. Seignalet, Dr. Catherine Kousmine et ces disciples. Monsieur Montignac, Marion Caplan, Professeur Joyeux, le journaliste Thierry Souccar, Dr. Michel de Lorgeril, Angélique Houlbert, Jean Paul Curtay, et même Mr Aymeric Caron que j’admire pourtant beaucoup. 


Tous ont puisé leur savoir dans l’étude de l’art de vivre macrobiotique enseigné en France par le japonais Georges Ohsawa de 1956 à 1966. Certains ont même acheté mon livre “ LA MACROBIOTIQUE POUR TOUS“.

Pourquoi ? Aucun ne prononce jamais le mot macrobiotique. 
Pourquoi ? personne ne cite ces sources littéraires.
Le Zen macrobiotique — Vrin
La Philosophie de la médecine — Vrin
Le Principe Unique — Vrin
L’Ère Atomique — Vrin
Le livre de la vie macrobiotique — Vrin
La cuisine macrobiotique de Lima Ohsawa — Trédaniel.
Traité complet de macrobiotique — Gérard Wenker — Édition du Tao.

C’est vrai que G.O. était très radical et que sa philosophie diététique basée sur l’équilibre des contraires n’a dans la plupart des cas pas été comprise.

Nous savons tous, que seul les philosophes occidentaux contemporains, ont le droit de s’exprimer sur des sujets abstrait, souvent incompréhensible par le commun des mortels, alors vous pensé…! un japonais qui développe une théorie fumeuse qu’il nomme “Dialectique Universelle“  et qu’en plus il la met en pratique pour soigné, guérir ou amélioré la santé de milliers de malades, ça frise l’escroquerie.

De nombreuses plaintes seront d’ailleurs déposées contre lui et sa méthode par l’Ordre des Médecins en France.
La macrobiotique et ces adeptes sera même considérée un certain temps, comme une secte et totalement discréditée. 

SVP… Rendez à César ce qui appartient à César.

Tous les régimes récents, monodiètes, cure, jeûne, etc. actuels, découlent d’une seule personne :
Son nom français : Georges Ohsawa.
Georges Ohsawa était un enseignant japonais, qui fonda le mouvement connu sous le nom de macrobiotique. Son véritable nom japonais était Yukikazu Sakurazawa, mais il signait aussi Nyoiti Sakurazawa.
Ohsawa n’a pas inventé le terme, déjà utilisé par Wilhem Hufeland 1er médecin du roi de Prusse Frédéric III et de Goethe, reconnu comme le précurseur le plus célèbre de la médecine préventive anti-vieillissement. À travers son livre Makrobiotik oder die Kunst, das menschliche Leben zu verlängern. (l’Art de prolonger la vie par la macrobiotique), paru en 1796 que le jeune Sakurasawa a probablement consulté à la Sorbonne qu’il fréquenta lors de son séjour à Paris en 1929.



Georges Ohsawa (1893-1966) est né à Kyoto le 18 octobre 1893, devant le temple Tenryu a-t-on dit. Enfance difficile. Son père abandonna le foyer conjugal laissant son épouse malade de la tuberculose avec quatre enfants dont trois moururent en bas âge. (Sa mère décéda elle-même à l’âge de 29 ans). 

À l’âge de 15 ans (en 1908) il est lui-même atteint d’une tuberculose pulmonaire et intestinale dont les médecins ne parviennent pas à le guérir. Pour se consoler, il écrit des vers. 
Il a la chance de connaître le docteur Hiziduka Sagen, un médecin militaire hors normes, nutritionniste renommé et adepte de la physiognomonie, qui le prend en mains et le débarrasse durablement de son affection. 
Le jeune homme poursuit ses études à l’École française de Kobé, tout en travaillant comme gratte — papier dans une maison d’import-export de la ville. 
En 1914, il perd son emploi, s’enrôle dans la marine, devient commissaire de bord ce qui lui permet de voyager. Son premier voyage en France date, semble-t-il, de cette époque. 
L’année 1918 le trouve à Yokohama où, tout en poursuivant des études de médecine traditionnelle, il se consacre à la société Shokuokaï et se consacra à la diffusion de la méthode macrobiotique du Dr. Sagen. 
Agé de 25 ans, muni d’un solide bagage intellectuel et d’une exceptionnelle expérience pratique de la vie, le jeune homme se trouve au carrefour de plusieurs courants de pensée. En effet, à cette époque, le Japon se trouve en pleine mutation, passant d’une société traditionnelle ancestrale à l’ère industrielle, confronté au bouillonnement des idées nouvelles opposant d’une part l’esprit “samouraï” des seigneurs de la guerre aux pacifistes adeptes de la non-violence. 
Ohsawa choisit la voie médiane initiée par quelques grands penseurs orientaux et son enseignement sera imprégné par la constatation que l’existence de l’homme est tributaire des forces antagonistes et complémentaires symbolisées par le yin et le yang. Développant l’enseignement de son maître le Dr Sagen, basé sur l’exigence de l’équilibrage des forces du Ki dans l’alimentation, il formulera les règles de la Macrobiotique, méthode par laquelle il obtiendra la célébrité suite à d’innombrables succès thérapeutiques. 
En 1929, Ohsawa se rend à Paris par le Transsibérien, emportant avec lui la quantité de riz complet précuit qui lui serait nécessaire pour subsister durant tout son voyage! 
George Ohsawa qui vit dans une grande simplicité étudie en auditeur libre à la Sorbonne et à l’Institut Pasteur, tout en composant des articles sur le Judo, le Bonsaï, l’acupuncture — travaillant notamment avec Soulié de Morant pionnier en France de l’acupuncture. 

Georges Oshawa 
1931 : Publication du «Principe unique» son premier ouvrage en langue française, à la librairie philosophique Vrin. Le livre, préfacé par l’académicien René Grousset et par Serge Eliseev est accueilli avec un grand succès. 
Lorsqu’il rentre au Japon, après avoir semé la bonne graine de l’alimentation saine à travers le monde, ce touche-à-tout de génie introduit dans sa patrie le concept d’un avion ultra léger qu’il baptise le “Pou du Ciel”, s’engage dans le mouvement pacifiste aux côtés d’Albert Schweitzer, Albert Einstein, Norman Cousin et Thomas Mann préconisant un Gouvernement Mondial. 
Son militantisme actif, son opposition à la guerre, ses prédictions provocatrices lui vaudront la prison et la torture, sans abattre son courage et sa détermination. 
Oshawa dont ceux qui l’ont connu ont vanté le don de voyance, aurait notamment prédit l’entrée en guerre du Japon et son inéluctable défaite, la fin du colonialisme britannique, l’indépendance de l’Inde, l’assassinat de Gandhi. 
Après de nombreuses actions militantes qui lui vaudront de nouvelles tribulations, il retourne en France où ses travaux avec Louis Kervran sur la transmutation ouvrent à la science d’intéressantes perspectives. 
Voici un texte publié dans son ouvrage: 
«La Philosophie de la Médecine d’Extrême Orient» : 
  • La liberté se trouve seulement dans l’esclavage. 
  • La lumière se trouve seulement dans la nuit noire. 
  • Les étoiles innombrables et des milliards de soleils ne brillent pas dans la journée, les sages ne se rencontrent pas dans un pays de sages, les millionnaires ne sont pas millionnaires dans un pays de millionnaires. 
  • La liberté préparée et donnée, la liberté dans un pays démocratique, n’est pas du tout la vraie liberté. La liberté sauvegardée par la loi n’est qu’un esclavage. La paix sauvegardée par la loi n’est qu’une paix établie par la violence. 
  • La santé établie avec la médecine, ou par quelques instruments, est dépendante, incertaine, mendiante ou violatrice. Telle santé n’est qu’une honte vis-à-vis de tous les animaux les plus petits et les plus insignifiants. 
  • La vraie santé doit être établie seulement sur la conquête des mauvais facteurs qui menacent notre vie, sans employer aucune violence, ou plutôt sur une bonne entente coopératrice et complémentaire, une solidarité universelle ou une fraternité la plus intime, établie avec tous les facteurs malfaisants. 
  • Les idées fondamentales de la médecine symptomatique, qui s’occupe de la destruction totale des facteurs malfaisants, sont enfantines, primitives, impraticables, exclusives, pré-coperniciennes. 
  • Le front ne peut pas exister sans l’arrière. Le bien n’existe pas sans le mal. La beauté ne peut pas exister sans laideur. La destruction totale des antagonistes est un suicide. La disparition complète de la laideur, de l’arrière, du mal ou de l’esclavage, signifie la mort de la beauté, du front, du bien ou de la liberté. 
  • Le bonheur doit être exploré au fond du malheur. 
  • La liberté dans l’esclavage 
  • La liberté a sa signification dans l’esclavage et dans les difficultés. La beauté a sa beauté seulement en présence de la laideur. Travaillons donc à créer toutes les difficultés, tous les maux, toute la laideur et tous les malheurs, pour faire de nous un homme libre, beau, fort et heureux. 
  • La liberté se trouve seulement dans l’esclavage. 
  • La vraie santé s’établit seulement dans les conditions les plus anti-hygiéniques. Vous en avez vu tant d’exemples vivants parmi les soldats au front, pendant la guerre. 
  • L’endroit le plus assuré sous un bombardement violent, c’est l’endroit le plus proche de l’endroit où la dernière bombe vient de tomber. »

La médecine, ainsi que toute institution médicale moderne, a une orientation négative, pessimiste, défaitiste et malfaisante pour l’humanité. 
Que l’on comprenne bien que la liberté se trouve et s’établit seulement dans l’esclavage et au fond des difficultés. 
La liberté ne doit pas être distribuée. La liberté doit être conquise par celui qui la veut. C’est pour présenter l’homme libre sur la scène que ce monde est créé. L’homme libre, fort, loyal et admirable se présente seulement et toujours dans la détresse, humilié par la violence. C’est seulement au fond des difficultés qu’on peut déployer tout son courage. 
La belle fleur du lotus se nourrit et grandit dans la boue la plus souillée. Si le monde absolu, éternel et infini, le septième ciel est le monde réel, ce monde relatif, infinitésimal, limité, fini, doit être un monde faux et irréel. La plus grande vérité dans ce monde relatif et faux est donc la plus grande erreur dans le monde absolu et éternel. De même, le bien et le mal, la beauté et la laideur, l’honnêteté et la malhonnêteté, la fidélité et l’infidélité, les secours et la tuerie. 
Tout ce qui existe dans ce monde irréel, relatif et faux a la nature tout à fait contraire de son nom. Rien n’est vrai, ni réel, ni infini: tout est illusoire. 
C’est pourquoi un jour Sinran dit, à la stupéfaction de ses disciples: 
«Même les honnêtes peuvent être sauvés, pourquoi pas les malhonnêtes». 
Vraiment, donner la liberté à quelqu’un paraît bienfaisante à nos yeux, mais c’est dérober la liberté ou empêcher la germination de la faculté de liberté. C’est un grand crime. Si vous aidez quelques pauvres mendiants, tous les jours, en leur fournissant de quoi manger, et cela pendant des années et des années, ils resteront mendiants toute leur vie. 
C’est commettre une erreur. D’ailleurs, vous ne pouvez pas nourrir des milliers de pauvres pendant des années. Tout ce que vous ne pouvez pas réaliser entièrement et pour toujours est toujours un bien limité, palliatif, ou un mal. 
C’est pourquoi beaucoup d’honnêtes sont envoyés en enfer, tandis que beaucoup de malhonnêtes sont envoyés au paradis. 
La médecine moderne est-elle une superstition nouvelle ? 
C’est un meurtre social, universel, protégé par la loi. 
La médecine moderne est-elle la plus grande meurtrière dans toute l’histoire de l’humanité, plus destructrice que l’ensemble des guerres qui ont opposé les peuples à travers les âges».
Nous en avons chaque jour la preuve. 
90 % des maladies sont dues à des erreurs alimentaires et ont des procédés d’alimentation industrielle extrêmement nocifs pour la santé. Mais cela le corps médical officiel ne veut pas le prendre en compte.
Parmi-vous qui êtes atteint par une grave maladie, votre médecin vous a-t-il demandé ce que vous manger, vous a-t-il recommandé de modifié votre alimentation ? Non jamais.

******

   Mais attention les forces rétrogrades veillent. Les gardiens de l’ordre ont changé, ce fut l’ordre clérical dans les siècles passés, puis les États et leurs forces de police, et maintenant c’est l’ordre des médecins et leurs vassaux, ou peut-être le contraire; les multinationales pharmaceutiques. 
La Maladie et la Mort, de peur d’être vaincue par les pharma, c’est alors trouvée de nouveaux alliés encore plus redoutables. Les molécules de synthèse, l’agro-business-alimentaire, l’élevage industriel, les fast-foods, les plats industriels surgelés et les fours micro-ondes.
Non contents d’avoir totalement dénaturé l’alimentation humaine, ces bienfaiteurs d’une humanité affamée et souffrante veulent en plus, conserver l’exclusivité des profits colossaux que cette mainmise leur procure.
Malgré l’explosion des maladies dégénératives, de la multiplication des cancers, y compris chez les jeunes enfants, de l’épidémie d’obésité, de la stérilité masculine qui progresse et des preuves qui s’accumulent, mettant en cause les millions de nouvelles molécules chimiques introduites subrepticement à tous les niveaux dans l’alimentation et dans notre proche environnement, les laboratoires de ces puissants groupes dénient, nient et faussent les résultats pour démontrer, preuve à l’appui, l’innocuité totale de leurs produits.
Leurs lobbies agissent dans l’ombre des politiques, relayés par des scientifiques aux ordres, payés pour dénigrer, ridiculiser ou démontrer preuves à l’appui l’inefficacité d’autres méthodes plus naturelles.
  • L’homéopathie —  effet placebo, pas de molécule active ; escroquerie.
  • Médecine énergétique ; pas de preuve scientifique.
  • MTC attendons pour voir, faudrait pas froisser les Chinois.
  • Macrobiotique! Une secte de mangeur de graines.
  • La Vit. B12 — pas de salut hormis le foie de bœuf.
  • Le Calcium — une ossature en béton avec des produits laitiers à profusion.
  • Vit. C - 5 fruits exotiques chaque jour traités 10 fois aux pesticides.
  • Et pour l’obésité surtout pas de régime restrictif un traitement au «Médiateur» bouffeur de graisse, et c’est 10 kilos en moins par mois garanti avec en prime une maladie cardiaque mortelle.

“ Nous sommes ce que nous mangeons “


C’est sur cette simple constatation qui au premier abord n’a rien de subversif que se sont construites au cours des siècles les doctrines macrobiotiques. Changez votre alimentation et le reste suivra.
Changez sa nourriture et la façon de s’alimenter, laquelle a été au cours du 20ème siècle renforcé par la réflexion yin-yiologique de la dialectique taoïste, introduite en Occident par Georges Ohsawa, est la dernière liberté qui reste à l’individu. Bien que cela soit de plus en plus difficile de faire son marché alimentaire dans la jungle des certifications bidon et contradictoires, c’est encore possible pour des personnes averties et motivées de se procurer et de préparer une alimentation macrobiotique de santé.
Lorsqu’on sait que cette méthode appliquée correctement et avec discernement permet : 
  • d’éviter la plupart des maladies,
  • de guérir les maladies dégénératives 
  • de renforcer sa force vitale et son système immunitaire
  • de maintenir sa famille en santé.
  • de développer son niveau de conscience
  • de résoudre le problème de la faim dans le monde.
  • de construire un monde de Paix
On comprend mieux l’impact de la macrobiotique — cette voie vers la santé et la paix, par l’évolution biologique et spirituelle — si elle se généralisait à des millions d’individus ou s’il elle réussissait à s’implanter dans plusieurs pays. 
Non, non, non !!! la macrobiotique ne passera pas — ceux qui ne savent rien veillent sur leurs biens — . Derrière les plus grands sigles des organisations mondiales ; ONU-OMS-FMI-OMC-G8-G20 - se cachent, les surveillants du veau d’or. 

Surtout pas d’humains qui se portent bien, ça ne rapporterait plus rien.

Comme vous pouvez le constater, les règles de l’art de vivre macrobiotique, qui ne sont d’ailleurs que des recommandations, relèvent du bon sens avant tous et seraient parfaitement inoffensives pour les États, si elles ne s’inscrivaient pas dans une société ou la surconsommation et le profit sont les principaux piliers de l’économie et le B.N.B. l’unique baromètre des gouvernements en places. Les lobbies de l’agro-alimentaire (viande industrielle-produits laitiers-céréaliers et meuniers, etc.) associés aux grands groupes chimiques veillent à ce que personne ne vienne mettre un frein à leurs expansions. Désinformation, corruption, manipulation scientifique, tout est bon pour discréditer le mouvement macrobiotique mondial. 
Dans un temps proche, une génération au maximum, si les conditions de dégradation de la planète continue à ce rythme-là. L’art de vivre macrobiotique sera peut-être la seule issue possible pour les survivants d’une humanité laminée par les cataclysmes naturels, la faim, la soif, et la pollution chimique des 4 éléments indispensables à la vie, j’ai nommé : la terre-l’eau-l’air et les aliments. Toutes ces réjouissances allant de pair avec une forte régression de nos systèmes immunitaires entraînant la dégénérescence de l’espèce humaine.

Lire mon dernier livre de fiction futuriste : EXTINCTION — NOUS NE SOMMES PAS DES ANGES — POST TENEBRAS LUX.




Blaise Le Wenk - mai 2017