vendredi 28 octobre 2016

LA SÉNILITÉ N'EST PAS UNE FATALITÉ

Nos huit conseils pour lui échapper


Michel Dogna






Savez-vous que, à n'importe quel âge, votre cerveau a le pouvoir de fabriquer de nouveaux neurones ? Néanmoins, si vous allez visiter des maisons de retraite, vous constaterez que chez la plupart des pensionnaires, l’organe le plus atteint, c’est le cerveau.

Or, une loi physique immuable à retenir est que tout organe ou fonction laissés au repos dégénèrent rapidement – c’est vrai pour un muscle qui fond comme beurre au soleil lorsqu’il n’est plus jamais sollicité, c’est vrai pour le cerveau.

Normalement, notre programme génétique est prévu pour que la production de nouveaux neurones ne s’arrête jamais, mais à la seule condition qu’il y ait un besoin fonctionnel. Des chercheurs ont observé que dans l'hippocampe, région du cerveau spécialisée dans la formation des souvenirs et la gestion des émotions, les anciens neurones étaient remplacés par d'autres, fraîchement produits à partir de cellules souches. 

D'après le Pr Pierre-Marie Lledo, qui s'est exprimé sur ce sujet lors d’un colloque en septembre dernier (voir la vidéo ici) des expériences avec les souris ont montré que cette capacité pouvait diminuer, voire même disparaître en situation de stress ou dans un environnement hostile. Au contraire, dans un environnement sympathique, la neurogenèse chez les rongeurs a été multipliée par trois en quelques semaines. 

Voici quelques principes à respecter pour conserver un cerveau jeune jusqu'à la fin de vos jours.
  • Fuir la routine
Oui le cerveau se nourrit du changement. En effet, la stimulation provoquée par le changement entraîne les cellules souches à produire de nouveaux neurones. Il faut, selon Pierre-Marie Lledo, fuir la routine, "respecter la libido sciendi, c'est-à-dire la soif de comprendre et d'apprendre".
En outre, on a toujours constaté que dans l’histoire, les peuples nomades sont globalement plus intelligents que les peuples sédentaires, car ils ont sans cesse à faire face à des problèmes et des adaptations multiples pour assurer leur sécurité et leur survie.

  • Fuir le gavage d’informations
Une saturation d’infos crée un blocage. L'écosystème numérique dans lequel nous vivons entraîne une avalanche permanente d'informations. Selon le médecin "L'information qui nous fait juste savoir est absolument délétère, et n'incite pas le cerveau à produire de nouveaux neurones. Bien au contraire, ce dernier, bombardé d'informations, est alors condamné à l'anxiété". Donc il convient de trier cette information : choisir l'utile, celle qui nous fait comprendre des choses, et se débarrasser de la futilité superficielle qui en fait ne sert à rien et crée, comme dans un ordinateur, un encombrement stérile.

  • Bannir anxiolytiques et somnifères
L'objectif des anxiolytiques et des somnifères est d'empêcher le cerveau qui cherche à comprendre, de fonctionner. Leur consommation permet de mettre le cerveau en "fonction automatique". Leur utilisation chronique crée donc un blocage à la production de nouveaux neurones.

  • Bouger !
Le Pr Lledo explique : "Il nous faut lutter contre la sédentarité car la science nous dit que, en cas d'activité physique, les muscles produisent des substances chimiques nommées facteurs trophiques, qui par voie sanguine, agissent sur le cerveau et particulièrement sur la niche de cellules souches". Voila qui explique la corrélation directe entre une activité musculaire minimum et production de nouveaux neurones.

  • Entretenir des relations sociales quotidiennes
Certaines parties de notre cerveau, que nous ne pouvons pas contrôler, ne sont engagées que lorsque nous sommes exposés à autrui. "C'est ce qu'on appelle globalement le cerveau social. Plus vous cultivez votre sociabilité, plus vous stimulez votre cerveau, ce qui l’oblige à produire plus de nouveaux neurones".

  • Préserver une flore intestinale correcte
Très récemment, les neurosciences, associées avec la microbiologie, ont montré qu'il y a une flore intestinale qui communique en permanence avec notre cerveau. Notre régime alimentaire a donc un rôle important : la consommation de fibres, un régime vivant et varié, incitent à la prolifération de certaines espèces bactériennes concourant justement à la prolifération de neurones. A l'inverse, une nourriture peu variée, riche en sucres rapides, en graisses trans et saturées, et en viandes d’animaux martyrs d’élevage industriel, favorise la prolifération d'espèces bactériennes qui ne permettent plus aux cellules de produire de nouveaux neurones, et cela quel que soit votre âge.

  • Pratiquer une passion
Il semble que ce point apporte la meilleure immunité contre la déchéance et même la maladie. Une activité passionnée ne connaît pas le besoin de se reposer, de s’arrêter pendant le week-end, de partir en vacance pour se détendre et se changer les idées. Pour ceux-là, s’arrêter est une punition. Il s’agit des artistes, des écrivains, des acteurs, des peintres, des danseurs, des sculpteurs, des inventeurs, des chefs d’entreprise, etc., de métiers à risque qui ne permettent pas la médiocrité, ou en recherche permanente de plus de perfection. Ceux-là sont portés par des énergies extérieures qu’ils attirent à eux parce qu’ils fonctionnent en symbiose avec les lois d’évolution de l’Univers. C’est le plus beau cadeau que l’on peut souhaiter à chacun, ceci rendant les heureux élus « inoxydables et imputrescibles » en quelque sorte.

  • Du rire et de la joie de vivre s’il vous plait…
Ceux qui ne rient pas sont déjà des malades en puissance. La nature est joyeuse en dépit de tous les drames et les menaces. Tout est fait politiquement pour vous saper le moral, détruire votre santé, entretenir la crainte voir la peur, afin de vous amener vers les pièges de maladies et de déchéance voués à vous rentabiliser.

Il faut dédramatiser par le rire. Un philosophe a dit : « j’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé ». Être spirituel dans la vie est une gymnastique permanente de l’esprit qui vous garantit un renouvellement constant de vos neurones.

Le rire et la joie de vivre vous garantissent la jeunesse éternelle de votre esprit, l’attraction constante de nouveaux amis y compris parmi les jeunes, enfin de partir élégamment quand votre heure sera venue, plutôt que de finir comme une épave ennuyeuse à la charge des autres.







************



LA TRILOGIE POUR BIEN VIEILLIR d’après Gérard W.


Un projet, positif, motivant, important pour vous et pour votre entourage.

Manger — Bouger – Créer.

Graver dans votre mémoire ces trois mots magiques.

Manger = C’est toujours faire sa propre cuisine.Bouger = C’est l’aptitude à se déplacer et à se mouvoir librement.Créer    = C’est penser,  choisir et décider pour soi.


BIEN VIEILLIR C’EST DONC… RESTER LIBRE A.. B.. S.. O.. L.. U.. M.. E.. N.. T. 


  • Pour manger correctement et faire sa propre cuisine
  • Pour bouger et se déplacer sans l’aide de personne
  • Pour penser, créer et décider pour soi.



Lorsque vous devenez dépendant vous perdez ces trois libertés, et vous êtes fini. N’attendez pas cette échéance, préparez-vous avant qu’il ne soit trop tard,

À eux trois ils représentent la raison d’être de ce choix de vie. La liberté commence avant tout par sa propre liberté décisionnelle. Aucun des trois n’est prioritaire, ils sont interdépendants, si un seul fait défaut, nous perdons cette liberté parce que nous perdons la faculté d’autodétermination.

Marcher, manger, penser par personne interposée. Finir sa vie en fauteuil roulant dans un E.M.S. (Établissement médical-social, ou mouroir pour vieux) à la merci d’aides-soignantes pressées, ce n’est pas la bonne voie, ce n’est pas notre choix et ce n’est pas une fatalité.

Vous comprenez pourquoi j’ai appris l’informatique à 65 ans, que j’écris chaque jour depuis cette époque et que vous avez le privilège de lire mes mémoires sur Amazon et mes conseils de santé sur ce blog ou chez vous confortablement installé sur votre canapé avec une tablette de lecture sur les genoux et un coussin derrière la nuque.

Attention créer, ce n’est pas être répétitif. 

Créer : c’est apprendre et étudier  -  L’histoire, l’informatique, les langues, le I-King, etc.
Créer : c’est écrire  -  un roman, des poèmes, vos mémoires, etc. —
Créer : c’est dessiner, peindre, sculpter, etc.
Créer  : c’est inventer — des recettes, des techniques nouvelles.



Seule la création récente et inventive favorise la production de nouvelles connexions neuronales, qui vont supprimer ou ralentir la dégénération cognitive due au grand âge.











Yes you can ! 

Oui vous pouvez le faire, quelle que soit votre situation…à condition que vous n’ayez pas succombé à la tentation des pilules magiques de votre médecin contre le blues et la déprime !   😱