mercredi 13 septembre 2017

L'ÂGE VIEUX

L’ÂGE VIEUX


Demandez à un adolescent, ce qu’il pense de sa vieillesse, de sa retraite et finalement de sa mort, ou essayez de vous rappeler l’époque bénie de votre jeunesse où l’écoulement du temps n’avait pas prise sur vous. La mort était quelque chose de totalement abstrait, la vieillesse si éloignée qu’elle ne pouvait même pas être envisagée et la retraite… l’antichambre obligatoire pour tous, présage de la fin du voyage ; bien aléatoire. 

N’ayant aucune conscience que la vie est évanescente, la mort présente à chaque instant, et que le temps de l’insouciance si fugace ; la jeunesse prend des risques inconsidérés avec sa vie.

Si la chance, le hasard, ou la sagesse vous a permis d’éviter tous les pièges que la grande faucheuse vous avait tendus, et que vous arriviez malgré tout au début de la 4ème étape, ne croyez pas que vous êtes tiré d’affaire.

Les deux tiers du voyage sont faits, restent la dernière étape, censée être la plus courte (plus maintenant), mais la plus périlleuse. Comme dans une course, échouer tout près de l’arrivée est vain, ce qui compte c’est de passer la ligne coûte que coûte.

Après avoir expérimenté toutes les libertés et même quelquefois franchi la ligne rouge, il va maintenant falloir se libérer même de cette liberté-là, pour en atteindre une autre, la liberté spirituelle qui permet de s’engager sur le chemin du retour, débarrassé de tout bagage superflu.

Aujourd’hui je vous écris d’un pays que je ne pensais pas visiter un jour : le pays des vieux. C’est arrivé comme ça il y a quelques années. Mais à cette époque, je vivais avec l’illusion que je n’étais que de passage dans cette étrange contrée. Que j’allais retourner bien vite dans le pays où tout le monde travaille ; 
  • Où je suis QUELQU’UN… 
  • Où le téléphone sonne… 
  • Où mon portable sert à autre chose qu’à appeler les secours routiers parce que j’ai oublié d’éteindre mes phares et que la batterie est à plat, ou plus grave le Cardiomobile lorsque surgit brutalement un rouleau compresseur qui tente de m’écraser.
– Alloooo… allooo, je ressens une forte douleur dans la poitrine.
– Ne bougez pas, je vous envoie une équipe de secours ! Allôooo… monsieur, vous êtes encore là… ça va ? Calmez-vous, respirez profondément.

Bref, vous avez déjà vécu ça, non… ! ne vous inquiétez pas ça viendra.

Il y a une chose que je ne savais pas : une fois qu’on entre dans ce pays, on n’en revient JAMAIS. : on n’est pas beau à voir, pas gratifiant à fréquenter. Parfois on rencontre des gens de l’AUTRE pays, mais ils n’ont pas l’air de vous remarquer, comme si vous étiez devenu invisible.

Les seuls pour lesquels vous compter encore, ce sont vos enfants, si vous en avez. 

Et si vous avez des sous… alors là, méfiance…

Papy, tu ne devrais pas rester seul dans cette grande maison, si tu tombes ou si tu as un infarctus, tu te fais bien à manger au moins ? Nous nous faisons beaucoup de soucis, tu sais. Tu devrais songer sérieusement à……… déménager, si tu veux nous allons t’aider à trouver une pension confortable.

Non... non, allez vous faire foutre, je ne suis pas encore sénile. C’est comme ça qu’à l’âge de 85 ans ont se brouille avec ses enfants chéris.

Le plus souvent on se sent en trop dans l’AUTRE pays.
Alors on reste chez soi : dehors ça craint pour ceux qui habitent le pays dont on ne revient jamais.

Il y a 30 ans à peu près, j’avais vu un film basé sur un roman de Barjavel : ça s’appelait “SOLEIL VERT“. 

En 2022, les hommes ont épuisé les ressources naturelles. Seul le soleil vert, sorte de pastille, parvient à nourrir une population miséreuse qui ne sait pas comment créer de tels aliments.



Omniprésente et terriblement répressive, la police assure l’ordre. Accompagné de son ami, un policier va découvrir, au péril de sa vie, l’effroyable réalité de cette société inhumaine.

On aurait pu l’intituler “comment se débarrasser des vieux“.

Les vieux donc étaient invités lorsqu’ils se sentaient un peu branlants sur leurs jambes, lorsque la vie ne leur apportait plus rien d’intéressant comme… tomber amoureux, partir aux quatre coins du monde, passer une nuit blanche, danser jusqu’au petit matin, courir après l’autobus. Donc quand ils sentaient qu’ils ne pouvaient plus faire toutes ces choses qui rendent la vie si intéressante, on les priait gentiment, mais fermement à se rendre dans un lieu magnifique où pendant une heure ou deux ils pouvaient faire tout ce qui leur passait par la tête avant de recevoir la potion magique, celle qui vous envoyait non pas dans un autre pays, mais dans un autre monde, meilleur enfin c’est ce qu’ils disaient, parce que personne n’en était jamais revenu pour nous dire s’il était meilleur ou pas. Ainsi délesté de ses vieux, le gouvernement brûlait les cadavres, en faisait de la poudre, recyclée en petites pilules vertes : des concentrés de protéines miracles, vendus à toute la population des jeunes… pour le moment.  

Personne n’osera jamais faire ça... Et pourtant, quelle aubaine pour beaucoup : transformer des vieux inutiles et coûteux en pilules qui rapportent de l’argent. La société cotée en bourse qui vendrait ces pilules verrait sûrement le cours de son action grimper. Les fonds de pension seraient contents. Ce film est sorti en... 1973... C’est dire s’il y a préméditation dans l’élimination des vieux. C’est vrai que depuis il y a eu la canicule de 2003 -  50.000 vieux dans toute l’Europe, d’un seul coup, ça fait une coupe… et du vide !!!

Mais à part ça, tout va bien, c’est juste qu’on se sent vaguement mal à l’aise lorsqu’on vous rebat les oreilles avec les frais engendrés par les vieux, surtout les surcoûts de la santé, en insistant bien que ces coûts sont payés par des jeunes en pleine forme, qui eux ne coûtent rien à personne c’est bien connu, même qu’ils rapportent parfois de l’argent. Tous les accidents de la route sont provoqués par des vieux, incapables de faire la différence entre un lapin et un cycliste, des vieux qui vous chopent une crise cardiaque sur les giratoires. 


Qu’on leur retire leur voiture et leur permis et qu’ils restent chez eux tant qu’ils le peuvent, après on verra comment s’en débarrasser en douceur.

******

Alimentation : Les besoins spécifiques des seniors

Les seniors ont des besoins nutritionnels spécifiques. Ils doivent être vigilants afin d'éviter les carences. Quels sont les aliments privilégiés et les risques propres à l'âge ?

Le régime alimentaire des seniors doit à la fois être varié et adapté. Certains aliments sont à privilégier.

*   Les besoins en énergie

Contrairement aux idées reçues, on ne doit pas manger moins en vieillissant. Si l’activité physique est souvent diminuée chez le senior, un rendement métabolique moins bon nécessite des besoins énergétiques plus élevés et donc équivalents à ceux de l’adulte. Ils sont estimés à 30 à 35 Kcal par kilo de poids, ce qui signifie environ 1 800 Kcal pour une personne de 55 kg. 

En raison des modifications physiologiques liées à l’âge, mais aussi en raison des modifications du statut social (revenus insuffisants, isolement, dépendance) le risque de malnutrition protéino-calorique augmente chez la personne âgée, notamment chez les personnes hospitalisées ou en institution. Il est important de dépister précocement tout risque de dénutrition. Pour cela il existe des grilles d’évaluation nutritionnelle rapide à l’usage des médecins et des diététiciens. 

*   Les besoins en protéines

Ils sont au moins équivalents à ceux de l’adulte, voire supérieurs, car le métabolisme protéique chez la personne âgée favorise la fonte musculaire. Les experts recommandent 1g par kg de poids et par jour.

La sarcopénie est une fonte musculaire due à une diminution de la masse maigre. Une personne perd en moyenne 20 à 40 % de 20 à 80 ans. Elle n’est pas inéluctable et il est possible de refaire du muscle même à un âge avancé en associant activité physique et apports protéiques adéquats.

*   Les besoins en calcium

Ils sont supérieurs à ceux de l’adulte, car le métabolisme du calcium est altéré par le vieillissement. Les recommandations sont de 1 000 mg à 1 400 mg par jour.

L’ostéoporose, définie par l’association d’une masse osseuse basse et d’une détérioration de l’architecture osseuse, a pour conséquence une fragilité osseuse accrue pouvant conduire à des fractures. La masse osseuse diminue de 40 à 50 % chez la femme entre 30 et 80 ans, deux fois moins chez l’homme.

*   Les besoins en micronutriments

Le sujet âgé présente un risque élevé de carence en micronutriments en raison de modifications physiologiques et de certaines pathologies associées au vieillissement. On observe souvent des déficiences en vitamines du groupe B et en anti-oxydants. Il n’existe pas encore de recommandations spécifiques par rapport à celles du sujet adulte, mais de nombreux travaux de recherche sont en cours.

*   Besoins en lipides

En ce qui concerne les lipides, on sait que le taux de cholestérol n’est plus corrélé à l’athérome après 65 ou 70 ans. Ainsi la consommation de graisses peut être plus flexible et s’adapter au goût de la personne âgée. 

Des risques spécifiques 

Les seniors doivent être particulièrement vigilants à propos de différents problèmes liés à l'alimentation. Ainsi ils doivent faire attention : 

* Au risque de déshydratation ;
* Aux problèmes de constipation ; 
* À l’apparition de diabète non insulino-dependant ;
* Aux régimes restrictifs en cas de surpoids, car ils peuvent être sources de monotonie alimentaire et donc d’anorexie. 

Dans la maladie d'Alzheimer, on observe très souvent une perte de poids progressive, qui peut conduire à un état cachectique. La perte de poids pourrait être un des premiers signes de la maladie et précéder la démence. 

**************

Ce sont ici des généralités, car il y a différentes formes de vieillesse et de "vieillards". Il y a ceux qui se laissent vieillir et il y a ceux qui restent actifs et dynamiques. Ces derniers pourront se permettre un peu plus d'écarts, car ils "consomment" plus. Mais on trouve chez tous une constante, le temps qui passe marque son empreinte dont voici les principales caractéristiques :

- Il y a chez la plupart une diminution du poids, les vieux deviennent secs et ceux, plus rares, qui restent gros, ont choisi leur façon de disparaître. Ils auront des troubles du métabolisme et comme la circulation et l'ensemble des vaisseaux ne sont plus au top, ce sera très certainement une des raisons de leur disparition.

- Le renouvellement des cellules se ralentit et ce sont tous les tissus qui en souffrent. Les organes comme les vaisseaux perdent leur souplesse et les gros vaisseaux, comme l'aorte par exemple, perdent peu à peu leur élasticité et se chargent de sels calcaires et de cholestérol. On peut dire que l'état de vieillesse correspond à l'état de ces vaisseaux.  Plus la circulation se ralentit, plus elle est difficile, et plus la personne est "vieille". Et on peut presque dire que l'hypertension est un remède contre le vieillissement en maintenant un débit sanguin important et rapide. Mais je vous rassure tout de suite, c'est quand même une maladie que je ne conseille à personne, mais que hélas, on retrouve chez beaucoup de personnes âgées.

- Sur les glandes endocrines, il y a également un vieillissement, les sécrétions sont moins abondantes, mais pas inexistantes. Thyroïde, hypophyse, testicules, ovaires, surrénales, ont commencé à régresser autour de la cinquantaine. Mais là aussi on trouve de grandes différences, car la sexualité par exemple disparaît très tôt chez certains, alors que chez d'autres, et la plupart je pense, la sexualité peut s'exercer jusqu'à un âge avancé.

- Les ganglions, la rate et la moelle épinière diminuent leur activité et fabriquent de moins en moins de globules blancs.
- On trouve aussi dans le squelette une diminution de la réserve calcaire et donc les os deviennent plus fragiles naturellement. Ceci explique la fréquence des fractures du col du fémur ainsi que les affaissements de la colonne vertébrale. Il faudra donc veiller à un apport calcique assimilable pour remédier à ce constat inéluctable.

- Le tube digestif, lui aussi, ralentit son activité et toutes les sécrétions diminuent, il y a donc un pouvoir digestif diminué.
- Et puis les signes visibles, de la peau qui devient sèche et rugueuse, des cheveux qui tombent et blanchissent. Ils sont la résultante de la mauvaise circulation et du ralentissement du fonctionnement des  glandes endocrines.

- Tout ceci entraîne des réactions de l'organisme ralenties également. Par exemple nous ne verrons plus de grosses réactions d'éliminations comme chez les jeunes avec fièvre à 40°. Ici ce sont plutôt des maladies chroniques, longues et difficiles à guérir et toutes sortes de petits troubles dus au ralentissement du métabolisme et de la circulation.

******

L'ALIMENTATION :




- Il faudra la régler en fonction de l'état physiologique de l'individu. On ne mangera pas à 60 ans comme à 90. En règle générale il faudra rechercher les aliments qui accélèrent la circulation sanguine, qui ne génèrent pas trop de déchets dans les vaisseaux, (graisses animales riches en cholestérol, graisses cuites) et éviter ceux qui nécessitent une grosse fatigue digestive.

- Le vieillard devra fuir la suralimentation. On peut dire aussi que tout le monde devrait la fuir, mais le vieillard, lui, ne peut plus assumer l'assimilation ni l'élimination et elle devient donc pour lui encore plus néfaste. De même que les changements brusques d'alimentation. Son organisme ne peut plus s'adapter aussi rapidement et s'il doit y avoir des changements impérieux, ils devront se faire lentement pour que son organisme ait le temps de s'adapter.

- Si un vieillard veut se nettoyer, il devra privilégier plutôt les monodiètes que le jeûne, car les carences chez lui sont devenues insupportables. Et une monodiète sera plus douce, car tout doit se faire en douceur.

- Nous avons vu par ailleurs que les farineux avaient tendance à favoriser l’ hémogliase, c'est-à-dire à épaissir le sang, donc à diminuer la rapidité de la circulation sanguine. Exactement ce qu'il ne faut pas chez la personne âgée qui en souffre déjà. Donc en conclusion, et surtout chez le sédentaire, réduire au maximum la consommation de tous les farineux, les sucres, les légumineuses et les graisses animales. Se méfier de la viande et des oeufs (riches en cholestérol). Adaptation difficile à tous les excitants (alcool, café, etc...). Augmenter au contraire la ration de crudités. Manger le moins possible, mais de tout.


- En dehors de l'alimentation, il est absolument indispensable de continuer une activité physique le plus longtemps possible (sport, jardinage, randonnée, promenade, etc...). De même qu'il est impératif de conserver une activité cérébrale. Et une activité tout court car on peut être utile à tout âge, créer et cultiver l'optimisme.

ALIMENTS :
Conseillés : Pommes de terre, les farines blutées à 75%, toutes les céréales et les châtaignes, mais nous avons vu qu'il n'en faut pas trop.
- Les viandes plutôt blanches, grillées, et pas au repas du soir. Des oeufs, mais pas trop (2 par semaine à la coque ou cru) . Un peu de légumineuses, pois, lentilles, .
- Un peu de beurre cru, huile d'olive, d'arachide, de colza, de noix, de maïs, de pépins de courge, de germe de blé. Quelques olives, noisettes, noix, amandes.
- Pratiquement tous les légumes. À privilégier, carottes, artichauts, épinards, haricots verts,  salades vertes, persil, ail et oignon, tomates. Manger des fruits. Prendre des fruits de saison et très mûrs. Privilégier les fruits non acides.
- Comme boisson l'eau de source est la meilleure des boissons. On peut utiliser aussi les jus de fruits. Il ne faut pas se priver non plus d'un peu de boissons fermentées comme la bière, le vin le cidre, toujours en très petite quantité.


      




Déconseillés : Les farines complètes sont à proscrire,  car le pouvoir digestif est diminué et l'intestin en souffrirait. Les flocons d'avoine sont trop échauffants. éliminer le sucre blanc.
En cas de surpoids, éliminez les 4 P. Pains - Pâtes - Pâtisseries - Pommes de terre.
- Oeufs cuits dur. Éliminer la viande de porc au maximum (trop grasse), le lard, les foie, cervelle, ris de veau, gibiers, langouste, caviar. Toutes les graisses cuites, animales et autres, et les bouillons gras en général.
- Ne consommer que rarement haricots secs, pois secs.
- Éviter de consommer l'oseille et la rhubarbe qui sont acides et décalcifiantes.
- Il faut savoir que les légumes blancs sont pauvres en principes minéralisants et donc ne pas en consommer beaucoup. Par exemple les raves, navets, betteraves, salsifis, céleri rave, etc...
- Ne pas exagérer sur les fruits acides, surtout ceux qui ne sont pas bien mûrs, comme le citron, orange, groseilles, prune, tomate.
- Comme boisson à proscrire, le café, les boissons dites toniques comme le coca-cola, tous les alcools distillés. L’eau du robinet.

Le caddy idéal du nouveau senior, sans oublier les señoritas.

Vert - bio - naturel - régional - pas d’alimentation industrielle - Que du 1er choix
  • Légumes bio frais - graines germées – fruits bio de saison et du pays.
  • Légumes bio préparés surgelés de temps en temps pour dépanner.
  • Eau de source en bonbonne de 8 lt. (si vous pouvez les porter)
  • Jus de pommes - Jus de carotte Biotta – thé komboutcha - thé de 3 ans - vin bio - bière bio.
  • Lait de riz en brique de 1lt. – margarine – fromage de chèvre ou de brebis – lait de soja – yogourt de brebis ou de soja - tahin ou beurre de sésame - Miso.
  • Poisson 1 à 2 fois par semaine – viande 1 fois par mois – tofu – tempeh.
  • Riz – quinoa – polenta – couscous – millet – sarrasin – pâtes.
  • Légumineuses – lentilles – haricots – borlotti – pois chiche – pois - Azuki.
  • Huiles bio de première pression: tournesol – sésame – colza – olives - Noix.
  • sel marin complet de Guérande – algues – vinaigre de cidre – sauce de soja (Tamari).
  • Pains complets bio – châtaignes en pack sous vide.

Proportion moyenne d’une alimentation équilibrée:

Céréales 30/40 %. Légumes 25 %. Algues 5 %. fruits 5%. légumineuses10%. viandes-poissons-fromage 10/15 %.

Bon… il faut cuisiner correctement : sans crème, sans beurre, sans sauce, sans alcool, brefs, vaut mieux suivre un cours de cuisine diététique si vous n’avez jamais cuisiné.

Je me suis permis d’écrire ces articles, comme un témoignage, car bien sûr je pratique cet art de mieux vivre depuis plus de 40 ans, j’en ai 84 et me porte à merveille, aucune maladie de vieillesse, l’esprit alerte et curieux, l’oeil vif, les oreilles attentives, tous mes cheveux et pas encore un seul poil gris ou blancs.

La preuve :



                                                 


Promis je vous tiendrai au courant de l’évolution de ma bonne santé ou de sa dégradation toujours possible.

Vivre plus longtemps c’est bien, encore faut-il aimer la Vie.

Soyez fou ou sage, essayez, la vie est une grande aventure.








Gérard Wenker