jeudi 15 juin 2017

LA MALADIE DU « FOIE GRAS HUMAIN ».


La NASH

Maladie du « foie gras » humain : un fléau qui n’a de cesse de progresser dans le monde entier. futur marché XXL pour les pharma.







Maladie du soda" : quand l'excès de sucre provoque des cirrhoses.
Une cirrhose sans boire une goutte d'alcool et sans avoir contracté de virus, c'est possible. 
Le problème viens de la surconsommation de soda et autres boissons sucrées. 


      Un nouvel ennemi du foie apparaît dans les pays industrialisés : la stéato-hépatite non alcoolique (en anglais « non alcoholic steatohepatitis » connue également sous son acronyme de « NASH »). 

Liée à trois facteurs jouant en sa faveur (l’obésité, le surpoids et la malbouffe), cette maladie connaît un une forte progression surtout dans les pays occidentaux. Elle répond aussi aux termes de maladie du « foie gras » humain ou encore maladie du soda. 

Un bel avenir lui semble promis, que nous ne pouvons que déplorer, avec un coût énorme pour la soigner, dans un futur proche : un grand nombre de laboratoires pharmaceutiques ont compris les enjeux financiers de ce fléau et ont déjà presque mis au point des traitements ou planchent sur.

Les causes et les conséquences d’une accumulation excessive de graisses au niveau du foie, qui touche un nombre conséquent et croissant de personnes, à une échelle appelée à être universelle

Cette maladie serait due à une trop forte présence de graisses accumulées dans le foie. Des lésions se forment et augmentent le risque de cancer du foie pour un patient sur trois. Les principaux facteurs responsables d’une cirrhose NASH seraient l’obésité, l’hypertriglycéridémie, un tour de taille supérieur à 88 centimètres pour les femmes et 102 centimètres pour les hommes et un fort taux de cholestérol. 

La croissance inquiétante de cette maladie dans le monde serait due à une augmentation de l’addiction au sucre en ce qui concerne la population mondiale qui néglige la qualité et la quantité de son assiette. Cette pathologie sournoise, au premier stade de son développement, toucherait d’ores et déjà 12 % des Américains et 6 % des Européens. De surcroît, une étude, tout récemment parue dans le New England Journal of Medecine, tire la sonnette d’alarme avec le chiffre effarant de 30 % de la population mondiale en surpoids. Notons que la NASH est, aux Etats-Unis, la première cause de transplantation hépatique : l’Europe sera bientôt confrontée à pareille problématique.

Un marché éléphantesque qui pourrait atteindre 25 milliards de dollars en 2026 et qui représente une manne considérable pour les groupes pharmaceutiques s’arrachant des « biotechs ».

Par Eric Françonnet

Les autorités de santé ont intérêt à intensifier leurs efforts de prévention de l'obésité. Car le meilleur remède actuel contre la NASH est aussi le moins cher: perdre du poids avec un régime alimentaire pauvre en sucres et en faisant régulièrement du sport.

************

GALERIE PHOTOS :























COCHOMME







Bon appétit…avec modération.